Application des mesures du Ségur de la Santé dans les Petites unités de Vie

Application des mesures du Ségur de la Santé dans les Petites unités de Vie

Suite à ma visite de la Petite Unité de Vie de Clohars Carnoët  et ma rencontre avec la direction du Groupe mutualiste VYV3, le directeur de l’établissement et le maire de Clohars Carnoët, Jacques Juloux, j’ai saisi la ministre déléguée en charge de l’autonomie quant à la situation des personnels techniques en charge de l’accompagnement quotidien et continu des résidents de cet établissement de proximité.

J’ai proposé à mes collègues du Morbihan d’attirer l’attention du Gouvernement sur la disparité de traitement née des évolutions apportées par le « Ségur de la Santé ».

En effet, à l’instar de la fonction publique hospitalière, les salariés non médicaux, à savoir l’ensemble des métiers des filières soignante, éducative, administrative, logistique, les sages-femmes et les cadres dirigeants des Etablissements de santé et des EHPAD privés non lucratifs ont pu bénéficier d’une indemnité forfaitaire mensuelle égale à 238 euros brut pour un temps plein.

Les PUV étant classées comme EHPAD sont bien incluses dans le périmètre de l’indemnité Ségur, mais elles n’ont pas, dans les faits, pu bénéficier du financement de cette mesure de revalorisation pourtant très attendue.

A mesure que les revalorisations touchent un public plus large, faisant droit aux demandes des « oubliés du Ségur », l’incompréhension des professionnels des PUV s’accroit et pèse sur l’attractivité.

Dans un contexte de raréfaction des personnels du secteur de l’accompagnement des personnes âgées, l’attrait des établissements qui versent cette indemnité Ségur ne fait aucun doute, même pour les salariés les plus attachés à la qualité de travail accompli dans leur Petite Unité de Vie. Il s’en suit des départs en nombre qui mettent en péril la continuité de l’activité.

Ainsi, sur l’année 2021, les PUV du Morbihan et du Finistère ont dû faire face au départ de 16 salariés, chiffre tout à fait inédit. Cela représente près de 15% des effectifs. Et d’autres départs nous sont annoncés à défaut d’avancée salariale significative.

Les équipes des PUV étant restreintes en nombre (6 agents de jour et 3 agents de nuit en moyenne), chaque départ non remplacé menace directement la continuité des prises en charge et compromet le maintien même de l’activité de l’établissement.

C’est pourquoi, nous avons demandé à la ministre de se saisir urgemment de la situation des agents techniques de ces établissements afin qu’ils puissent bénéficier, au même titre que leurs collègues, des mesures de revalorisation auxquelles ils peuvent légitimement aspirer.

Le bien-fondé des Petites Unités de Vie, dans leur dimension humaine, leur proximité, dans leur capacité capitale de facteur cohésion sociale locale, nécessité les ajustements nécessaires à leur pérennité.

Adoption de ma proposition de loi visant à combattre le harcèlement scolaire

Adoption de ma proposition de loi visant à combattre le harcèlement scolaire

Jeudi 10 février, ma proposition de loi visant à combattre le harcèlement scolaire a été adoptée à l’Assemblée nationale en deuxième lecture. Cette adoption représente un pas de plus pour lutter contre le fléau du harcèlement scolaire et donner à nos enfants un véritable droit à une scolarité sereine et sans harcèlement.

Nous avons ainsi pu revenir sur les avancées substantielles du texte de l’Assemblée tout en intégrant certaines améliorations proposées par les sénateurs.

Retrouvez les débats ici.

Intervention en séance publique sur la PPL Parité

Intervention en séance publique sur la PPL Parité

Jeudi 3 février, lors de la niche MoDem, je suis intervenu au nom du groupe MoDem lors de l’examen de la proposition de loi visant à instaurer la parité dans le bloc communal.

Comme le dit bien ma collègue Elodie Jacquier-Laforge : « Lorsque la parité n’est pas imposée par une loi, elle ne s’impose pas d’elle-même. » Le législateur a un rôle à jouer pour promouvoir activement la présence des femmes dans la politique locale, notamment dans les communes de moins de 1000 habitants où la parité n’est pas obligatoire et dans les intercommunalités.

Retrouvez mon intervention ici :

Intervention en commission des lois sur les modalités d’organisation de la vie démocratique

Intervention en commission des lois sur les modalités d’organisation de la vie démocratique

Mercredi 2 février, je suis intervenu en commission des lois lors de l’examen du rapport du groupe sur les modalités d’organisation de la vie démocratique.

Il faut réconcilier trois espaces : l’espace politique , l’espace civil et l’espace public. Ces trois espaces ne vont pas à la même vitesse et c’est cela qu’il faut articuler : il faut un travail de fond sur la démocratie participative pour répondre au besoin des citoyens de participer à notre vie démocratique, sans toujours penser à travers le paradigme du vote.

Contrairement à ce que l’on entend parfois, nous ne sommes pas confrontés à un désengagement des citoyens, mais à un changement des modalités d’engagement, face à un monde de plus en plus complexe.

Notre contrat social et démocratique doit être redéfini.

Retrouvez mon intervention en vidéo ici :

Comité de pilotage de la gestion du choucas des tours

Comité de pilotage de la gestion du choucas des tours

Depuis 3 ans, à l’appui du dialogue que j’ai initié, agriculteurs, chasseurs, associations environnementales, services de l’État et élus discutent dans un esprit constructif ; un « Comité de Pilotage de la gestion du choucas des tours » a ainsi été constitué.

Jeudi 27 janvier à Quimperlé, une nouvelle réunion a permis de faire le point sur les actions passées et futures.
Après avoir retracé les actions et bilans de l’année passée – campagne de prélèvements avec les piégeurs, estimation des dégâts provoqués aux cultures, état d’avancement de l’expérimentation d’engrillagement de cheminées à Mellac, le dialogue s’est établi autour de la feuille de route 2022 établie par les services de l’État en relation avec l’ensemble des acteurs.

Aujourd’hui, les agriculteurs, interlocuteurs de la préservation de la biodiversité attendent avec impatience les solutions pérennes que la feuille de route proposera très prochainement pour dégager des conclusions sur l’habitat, la régulation de l’espèce, son impact sur les écosystèmes et l’accompagnement des agriculteurs et la lutte contre la prolifération des choucas des tours.

Souscrivez à ma lettre d'information

Rejoignez notre mailing list et recevez les dernières informations de la circonscription et de l'Assemblée nationale.

Merci pour votre inscription !