Erwan Balanant déposera le 1er décembre devant l’Assemblée nationale sa proposition de loi visant à combattre le harcèlement scolaire. 700 000 élèves en France seraient concernés, ce qui représente en moyenne, 2 à 3 enfants par classe. Le député Modem du Finistère souhaite que ce harcèlement entre dans le Code Pénal, « non pas pour punir, explique-t-il, mais pour que l’on puisse dire à un harceleur, ce que tu fais, c’est interdit ! »

« Il n’y a pas si longtemps, se souvient Erwan Balanant, le harcèlement scolaire on n’en parlait pas. On disait, c’est des chamailleries entre enfants, c’est normal, ça leur forge le caractère. On minimisait les faits. »

« Et puis les faits sont devenus de plus en plus nombreux, de plus en plus violents, il a fallu réagir. L’école a commencé à agir, mais le mot harcèlement scolaire ne figurait même pas dans le code de l’Education nationale. Il n’était fait mention que d’une vague notion de harcèlement. »

En 2019, le député finistérien a fait inscrire le Droit à une scolarité sans harcèlement et sans violence dans la Loi sur « l’école de la confiance ».

Lire l’article en intégralité sur le site de France 3 Bretagne.

Souscrivez à ma lettre d'information

Rejoignez notre mailing list et recevez les dernières informations de la circonscription et de l'Assemblée nationale.

Merci pour votre inscription !