Mardi 25 mai, j’ai posé une question au Ministre de l’Education nationale sur la défense des langues régionales, à la suite de la décision du Conseil constitutionnel du 21 mai dernier, et plus particulièrement sur sa position au sujet de l’enseignement immersif.

Retrouvez ma question en vidéo :

Retrouvez la réponse du Ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, en vidéo :

Mon intervention en intégralité :

« Monsieur le ministre de l’Éducation nationale,  

La question que je vous pose aujourd’hui, est une question collective que je porte avec mes collègues Jimmy Pahun, Vincent Bru, Bruno Fuchs, Sophie Mette, Sylvain Waserman, Maud Petit, Bruno Joncour, Sandrine Josso, François Puponni et Florence Lasserre. 

Par sa décision du vendredi 21 mai, le Conseil constitutionnel sème le trouble et menace le choix que de nombreuses familles ont fait pour l’éducation de leurs enfants : le choix d’une éducation reposant sur l’immersion, méthode qui a fait ses preuves depuis plus de 50 ans en démontrant son efficacité pédagogique et humaine.

Comment comprendre et accepter que soient aujourd’hui menacés partout en France des réseaux associatifs qui ont montré leur excellence ? Comment menacer des établissements tels que le lycée Diwan de Carhaix, classé en 2013 « meilleur lycée de France » par le Figaro ?  

La France souffre d’un mal, celui de ne pas comprendre que les langues régionales sont un trésor pour notre culture française. Et ce mal est amplifié depuis la révision constitutionnelle de 1992, lorsque les parlementaires ont ajouté un alinéa à l’article 2 de notre Constitution en proclamant le français comme seule langue de la République. Cette réforme a tenté de construire l’unité républicaine mais au détriment de notre patrimoine linguistique.  

Nous sommes très inquiets de cette nouvelle remise en cause.

Au Modem, nous sommes fiers d’appartenir à une famille politique qui a toujours protégé nos langues régionales, notamment en 1994 lorsque François Bayrou a fait de ces établissements des établissements privés sous contrat. 

Monsieur le Ministre, vous avez fait une déclaration dans Ouest France samedi dernier. Malheureusement, vos déclarations ne nous rassurent pas, et ne rassurent aucun des  acteurs associatifs sur l’impact de cette décision.

Monsieur le Ministre, pouvez-vous clarifier votre position sur l’immersion ?

Comment pouvez-vous garantir l’avenir des écoles immersives malgré la décision du Conseil constitutionnel ?

Je vous remercie. »

Souscrivez à ma lettre d'information

Rejoignez notre mailing list et recevez les dernières informations de la circonscription et de l'Assemblée nationale.

Merci pour votre inscription !