Pays de Concarneau. Un chèque inattendu de 11 millions pour l’hôpital

Pays de Concarneau. Un chèque inattendu de 11 millions pour l’hôpital

Dans le cadre du Ségur de la santé, l’État vient de débloquer 11 millions d’euros destinés à la rénovation du service des urgences et à la réfection des chambres de l’hôpital de Concarneau (Finistère).

À un mois de Noël et sept mois des législatives, Erwan Balanant, député de la huitième circonscription du Finistère, a annoncé vendredi 26 novembre 2021 de bonnes nouvelles pour l’hôpital public. 

« Dans le cadre du Ségur de la santé, l’État vient d’annoncer un plan inédit de 19 milliards d’investissement », se réjouit le député.

Chaque site hospitalier breton a fait part de ses doléances, mais seuls 23 des 41 centres hospitaliers recensés en Bretagne ont vu leurs doléances recevoir une réponse.

« L’hôpital de Concarneau (Finistère) va pour sa part bénéficier de 11 millions d’euros, qui vont permettre d’avancer sur les travaux en projet », poursuit Erwan Balanant.

Lire la suite sur le site de Ouest-France.

Coup de pouce pour Concarneau, Trégunc et Pont-Aven, « Petites villes de demain »

Coup de pouce pour Concarneau, Trégunc et Pont-Aven, « Petites villes de demain »

Après Rosporden il y a un an, c’est au tour de Concarneau, Trégunc et Pont-Aven de bénéficier du dispositif « Petites villes de demain », destiné à appuyer les projets de dynamisation de certaines communes, en France. C’est l’autre « bonne nouvelle » que le député Erwan Balanant a sorti de sa hotte de Père Noël, ce vendredi, alors qu’il venait tout juste de l’apprendre du préfet.

Lire la suite sur le site du Télégramme.

Quimperlé. 18 millions d’euros alloués par l’État pour la reconstruction de l’hôpital

Quimperlé. 18 millions d’euros alloués par l’État pour la reconstruction de l’hôpital

​Une marche, et pas des moindres, a été franchie dans le projet de reconstruction de l’hôpital de Quimperlé (Finistère). Le ministre Olivier Véran l’a annoncé ce vendredi 26 novembre 2021 : 18 millions d’euros ont été alloués au site quimperlois du Groupement hospitalier Bretagne sud, dans le cadre du Ségur de la Bretagne.

18 millions. C’est l’aide directe à l’investissement allouée par l’État pour le projet de reconstruction de l’hôpital de Quimperlé, second pôle d’activité du Groupement hospitalier Bretagne sud, avec 800 agents sur les 5 000 du Groupe et 600 lits et places.

« C’est inédit ! Une excellente nouvelle pour le territoire ! Quimperlé est le plus gros projet du Finistère. »

Erwan Balanant, député de la 8e circonscription du Finistère (Quimperlé-Concarneau), ne cache pas son enthousiasme, ce vendredi 26 novembre 2021, après les annonces du ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, visant à doter au total 23 hôpitaux bretons dans le cadre du Ségur de la Bretagne.

Lire la suite sur le site de Ouest France.

Une loi pour combattre le harcèlement scolaire défendue par Erwan Balanant, député du Finistère

Une loi pour combattre le harcèlement scolaire défendue par Erwan Balanant, député du Finistère

Erwan Balanant, où en êtes-vous avec votre loi contre le harcèlement scolaire ?

Ce mercredi 24 novembre, elle passe en commission à l’Assemblée nationale, puis en séance publique, le mercredi 1er décembre. Elle passera ensuite au Sénat, pour revenir à l’Assemblée nationale en procédure accélérée souhaitée par le gouvernement. En fait, depuis le début de mon mandat, je travaille sur le harcèlement en général. Il y a eu le harcèlement de rue, la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Et fin 2019, le Premier ministre, Edouard Philippe, m’a confié cette mission. Je m’y suis consacré durant plus de six mois, pour en ressortir 120 propositions.

Lire l’interview en intégralité sur le site de Ouest France.

Pour que les auteurs soient jugés, un député propose une loi qui fait du harcèlement scolaire un délit pénal

Pour que les auteurs soient jugés, un député propose une loi qui fait du harcèlement scolaire un délit pénal

Erwan Balanant déposera le 1er décembre devant l’Assemblée nationale sa proposition de loi visant à combattre le harcèlement scolaire. 700 000 élèves en France seraient concernés, ce qui représente en moyenne, 2 à 3 enfants par classe. Le député Modem du Finistère souhaite que ce harcèlement entre dans le Code Pénal, « non pas pour punir, explique-t-il, mais pour que l’on puisse dire à un harceleur, ce que tu fais, c’est interdit ! »

« Il n’y a pas si longtemps, se souvient Erwan Balanant, le harcèlement scolaire on n’en parlait pas. On disait, c’est des chamailleries entre enfants, c’est normal, ça leur forge le caractère. On minimisait les faits. »

« Et puis les faits sont devenus de plus en plus nombreux, de plus en plus violents, il a fallu réagir. L’école a commencé à agir, mais le mot harcèlement scolaire ne figurait même pas dans le code de l’Education nationale. Il n’était fait mention que d’une vague notion de harcèlement. »

En 2019, le député finistérien a fait inscrire le Droit à une scolarité sans harcèlement et sans violence dans la Loi sur « l’école de la confiance ».

Lire l’article en intégralité sur le site de France 3 Bretagne.

Appli 30 18, sensibilisation au numérique… De nouvelles mesures contre le harcèlement scolaire

Appli 30 18, sensibilisation au numérique… De nouvelles mesures contre le harcèlement scolaire

Dans une vidéo diffusée ce jeudi, Emmanuel Macron a dévoilé de nouvelles mesures pour lutter contre le harcèlement scolaire.

À l’occasion de la Journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, une vidéo d’Emmanuel Macron a été diffusée, ce jeudi matin, sur les réseaux sociaux. Rappelant que « depuis deux ans », le gouvernement « a agi », avec l’interdiction des téléphones portables au collège ou encore le numéro gratuit 30 18 contre le cyberharcèlement, il regrette que le phénomène « sévisse toujours, à l’école, sur les réseaux sociaux », faisant notamment référence au suicide de la jeune Dinah en octobre.

Lire la suite sur le site du Télégramme.

Souscrivez à ma lettre d'information

Rejoignez notre mailing list et recevez les dernières informations de la circonscription et de l'Assemblée nationale.

Merci pour votre inscription !