Covid-19. Centre de dépistage à Quimperlé : Erwan Balanant se réjouit, Michaël Quernez aussi

Covid-19. Centre de dépistage à Quimperlé : Erwan Balanant se réjouit, Michaël Quernez aussi

Le maire de Quimperlé (Finistère) Michaël Quernez, l’a annoncé en fin de semaine dernière (voir Ouest-France du samedi 31 octobre) : Quimperlé disposera, prochainement d’un centre de dépistage pour le Covid-19. Par communiqués interposés, le député Erwan Balanant et Michaël Quernez tiennent à mettre en évidence leur rôle respectif dans cette obtention. Ils s’appuient, pour cela, sur un courrier identique, daté du 3 novembre, que leur a adressé le préfet du Finistère.

À l’occasion d’entretiens successifs, et notamment à la suite de l’interpellation de Marcel Le Dain de Rédéné, j’avais saisi le préfet du Finistère de la nécessité d’installer un centre de dépistage en adéquation avec le bassin de population de Quimperlé, écrit le député.

La circulation active du virus dans notre département et l’augmentation du nombre de tests qui s’y rattache a renforcé ce besoin. C’est pourquoi le préfet a demandé à l’Agence régionale de Santé de revoir l’organisation territoriale actuelle. Il signera prochainement l’arrêté autorisant un point de prélèvement à Quimperlé pour les tests RT-PCR dans des locaux autres que des locaux de soins.

Erwan Balanant se réjouit que la ville de Quimperlé soit partenaire de cette mesure en proposant, si le besoin s’en ressent, des locaux susceptibles d’accueillir temporairement le centre de prélèvement.

Michaël Quernez réagit à son tour

À son tour, et à la suite du communiqué du député, Michaël Quernez tient à rappeler son rôle dans cette affaire. Le maire de Quimperlé a, également, reçu le même courrier que le député.

Courrier daté du 3 novembre et dans lequel le préfet, Philippe Mahé, rappelle les échanges du 3 octobre et la nécessité de pouvoir effectuer des tests sur un site localité pour répondre correctement au besoin de la population de Quimperlé et de ses environs.

Début octobre, le laboratoire d’analyses Biolor donnait des rendez-vous pour des prélèvements à Lorient. Des points de prélèvements éphémères avaient été mis en place à Clohars-Carnoët et Pont-Aven.

Si cette réponse a été, un temps, satisfaisante, la circulation active du virus génère une augmentation de la demande de tests.

Le préfet donne son accord

Toujours dans ce courrier, le préfet a donc demandé à l’Agence régionale de santé de revoir l’organisation territoriale en place pour la faire évoluer, dans le sens d’une meilleure réponse aux besoins de la population et d’une adaptation aux contraintes liées aux déplacements dans la période de confinement.

L’ARS soumettra à ma signature, dans les meilleurs délais, un arrêté préfectoral autorisant un point de prélèvement à Quimperlé, pour des tests RT-PCR, dans des locaux autres que les locaux de soins.

Par ailleurs, le préfet a bien noté que la ville de Quimperlé était prête à apporter son concours en mettant, à disposition des locaux adaptés pour héberger un centre de prélèvement temporaire et je tenais à l’en remercier.

Pour le moment, le site et la date de mise en service de ce centre ne sont pas connus. Tout comme son fonctionnement. Pour tout cela, la ville travaille avec l’ARS.

Pour relire l’intégralité de l’article, cliquez ici

Confinement à Quimperlé. Erwan Balanant : « Il y a un équilibre à trouver »

Confinement à Quimperlé. Erwan Balanant : « Il y a un équilibre à trouver »

Après les seize maires du pays de Quimperlé (Finistère) (voir Ouest-France du lundi 2 novembre), Erwan Balanant, s’exprime sur le reconfinement et son application.

 J’ai lu avec attention la tribune des seize maires du pays de Quimperlé (Finistère). Ils parlent de cohérence. Oui, il faut de la cohérence.  Au téléphone, dimanche midi, la voix du député finistérien est ferme.

Et selon lui, la  première des cohérences, c’est de préserver la santé de la population. Il faut absolument limiter la circulation et la propagation du virus , martèle-t-il.

Dans le même temps, comme le dira quelques heures plus tard le Premier ministre, Jean Castex, sur TF1, le député déclare : « Je comprends la situation des petits commerces lésés par les gros. Je comprends leur frustration, leur colère. Il faut éviter cette distorsion, cette concurrence.  Que le député considère comme déloyale.

« On pourrait également imaginer une taxe Covid-19 »

Comme beaucoup de femmes et d’hommes politiques, il est pris entre deux feux.  Mais plus on ouvre et plus le virus va circuler. Il y a un équilibre à trouver entre l’ouverture des petits commerces et la circulation du virus. L’enjeu, il est là. 

Comme l’a annoncé le chef du gouvernement, il est nécessaire, pour l’ex-élu quimperlois,  d’interdire à la grande surface de vendre des produits non-essentiels, comme les vêtements ou les jouets. On aurait pu aussi imaginer que les grandes surfaces et les plateformes le proposent d’elles-mêmes. 

Pour Erwan Balanant,  l’autre piste est de changer la notion de produits essentiels et non-essentiels. On pourrait également imaginer une taxe Covid-19, qui abonderait un fonds de soutien et de solidarité.  En taxant une partie des bénéfices des gros mastodontes de la grande distribution.

Erwan Balanant revient sur la prise de position des maires de Quimperlé communauté.  Ils oublient quand même de dire que le gouvernement aide et va aider les petits commerces et les commerçants. Comme il a mis le paquet pour aider les centres-villes et centres-bourgs. 

« Prendre soin de soi et des autres »

Comme il le dit, dès qu’il en a l’occasion,  je suis à la disposition de tous et prêt à travailler avec les élus, pour trouver des solutions. Je travaille en lien avec la Confédération des commerçants de France. Je pense à des Scop, des Sociétés coopératives et participatives. La ville de Quimperlé et Quimperlé communauté pourraient y participer, avec la mise en place, par exemple, d’outils informatiques et logistiques. L’État financera ce type d’initiatives. 

À  court terme, il faut des aides. À moyen terme, il faudra redynamiser le commerce de proximité. 

En attendant,  l’urgence n’est pas d’ouvrir, mais que chacun prenne soin de soi et des autres. Il faut être responsable. 

Pour relire l’intégralité de l’article, cliquez ici

Quimperlé. Bigard : le siège historique du groupe restera à Kergostiou

Quimperlé. Bigard : le siège historique du groupe restera à Kergostiou

Cela a été confirmé par la direction du groupe agroalimentaire, Bigard, lors du CSE (Comité social et économique) de ce mercredi 4 novembre : il n’est question de délocaliser le siège social historique Bigard de Quimperlé (Finistère). Siège où travaillent près de 1 200 personnes.

Il y a peu, la CGT, à la suite de propos qu’auraient tenu les responsables du site de Kergostiou, avait publiquement émis ses craintes (voir Ouest-France du vendredi 23 octobre). Bertrand Le Gall, directeur des ressources humaines à Quimperlé, avait aussitôt démenti.

Le sujet de tension : des pointeuses que la direction a fait installer à l’entrée des ateliers et que la CGT souhaite voir déplacer à la sortie des vestiaires.

La direction confirme qu’il n’y a pas de plan de délocalisation, puisqu’elle investit à Quimperlé. Mais cette fois, à la suite de cette réunion, c’est acté et écrit noir sur blanc. Pour nous, il est hors de question de laisser partir le moindre service ailleurs. Nous restons mobilisés et nous serons vigilants, a expliqué Michel Le Goff, délégué CGT du groupe.

Fin octobre, la CGT avait aussi écrit à Loïg Chesnais-Girard, le président de la région, à Erwan Balanant, le député MoDem de la huitième circonscription, à Sébastien Miossec, le président de Quimperlé communauté, à Michaël Quernez, le maire de Quimperlé, et à la direction. Pour la tenue d’une table ronde. À ce jour, seul Erwan Balanant nous a répondu et nous a dit qu’il était d’accord d’y participer, poursuit le syndicaliste.

Lors de cette table ronde, il aurait été surtout question de ce fameux plan de délocalisation. A-t-elle encore, aujourd’hui, une raison d’être ?

Pour relire l’intégralité de l’article, cliquez ici

Erwan Balanant à la rencontre des élus locunolois

Erwan Balanant à la rencontre des élus locunolois

Erwan Balanant et son conseiller de cabinet, Dominique Le Pennec, ont été accueillis par Corinne Collet, maire de Locunolé, et de quelques élus, vendredi.

Le but de cette visite est de rencontrer régulièrement les maires et de travailler sur les prochains dossiers importants de la commune. Il a notamment été question de l’assainissement et de l’isolation à l’école. Le député a par ailleurs demandé s’il y avait des projets concernant le patrimoine, le clocher de l’église étant à restaurer. Corinne Collet a également parlé au député du projet de lotissement des Lilas, à Roscariou (quinze lots), du commerce et de la médiathèque.

Pour relire l’intégralité de l’article, cliquez ici

Locunolé. Erwan Balanant en visite dans la commune

Locunolé. Erwan Balanant en visite dans la commune

Pour le député il est important de rencontrer les maires et élus communaux afin de les aider, notamment pour les financements. Il était présent dans la commune vendredi.

Vendredi, Erwan Balanant, le député de la circonscription, a rencontré, avec son assistant Dominique Le Pennec, quelques élus de la commune.

« Je fais le tour des maires pour les projets communaux, notamment les financements, en lien avec ce qu’un député peut faire », annonce Erwan Balanant. La maire, Corinne Collet a préféré le recevoir avec quelques conseillers, pour parler des projets de la commune.

Dans un premier temps, Erwan Balanant a présenté les plans de financements avec la dotation de soutien à l’investissement local (DSIL) qui permet de financer les grandes priorités d’investissement des communes et la dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR). « 35 milliards viennent d’être rajoutés. Il faut présenter vos projets pour 2021 » et donner comme exemple, les écoles pour la DSIL ou les rénovations énergétiques pour la DETR.

Vendredi, Erwan Balanant, le député de la circonscription, a rencontré, avec son assistant Dominique Le Pennec, quelques élus de la commune.

« Je fais le tour des maires pour les projets communaux, notamment les financements, en lien avec ce qu’un député peut faire », annonce Erwan Balanant. La maire, Corinne Collet a préféré le recevoir avec quelques conseillers, pour parler des projets de la commune.

« Attention aux néoruraux »

Dans un premier temps, Erwan Balanant a présenté les plans de financements avec la dotation de soutien à l’investissement local (DSIL) qui permet de financer les grandes priorités d’investissement des communes et la dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR). « 35 milliards viennent d’être rajoutés. Il faut présenter vos projets pour 2021 » et donner comme exemple, les écoles pour la DSIL ou les rénovations énergétiques pour la DETR.

« Nous avons trois priorités : la médiathèque, un lotissement (Roscariou) et le local technique », indique Corinne Collet. Dix-sept logements sont en vue dans ce lotissement. Le conseiller Arnaud Le Liboux intervient : « Il y a quelques aberrations sur le refus de la préfecture pour les dents creuses à combler » et rappelle la présence d’un terrain de 5 000 mdans son village.

« C’est un vrai sujet, mais attention aux néoruraux », soutient le député qui rappelle le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI), dont la priorité est de faire attention à ne pas trop empiéter sur les terres agricoles.

En campagne, de nombreux corps de ferme, qui sont à l’abandon pourraient être rénovés et accueillir des familles. Un projet favorable pour les écoles. Pour le député, de nouvelles lois sur le foncier vont changer.

Pour relire l’intégralité de l’article, cliquez ici

Erwan Balanant salue Gilda Le Gall

Erwan Balanant salue Gilda Le Gall

Erwan Balanant, député de la 8e circonscription du Finistère, a réagi à l’annonce du décès, lundi, de Gilda Le Gall.

« C’est avec une immense tristesse que j’apprends le décès de Gilda. J’ai eu la chance et l’honneur de travailler avec elle au sein d’Ides mais aussi pour la mise en place de l’aide alimentaire sur notre territoire. Sa détermination pour aider les plus précaires était sans faille, sans concession aussi. C’était une personnalité rare. Sa passion des autres et de la lutte contre les injustices nous inspirait toutes et tous. Son engagement déterminé pour le territoire du pays de Quimperlé au sein du CIAS (Centre intercommunal d’action sociale) doit rester un exemple pour nous tous ».

Un hommage sera rendu à l’ancienne élue le samedi 17 à 10 h, à la salle polyvalente de Mellac.

Pour relire l’intégralité de l’article, cliquez ici

Souscrivez à ma lettre d'information

Rejoignez notre mailing list et recevez les dernières informations de la circonscription et de l'Assemblée nationale.

Merci pour votre inscription !