Une loi pour combattre le harcèlement scolaire défendue par Erwan Balanant, député du Finistère

Une loi pour combattre le harcèlement scolaire défendue par Erwan Balanant, député du Finistère

Erwan Balanant, où en êtes-vous avec votre loi contre le harcèlement scolaire ?

Ce mercredi 24 novembre, elle passe en commission à l’Assemblée nationale, puis en séance publique, le mercredi 1er décembre. Elle passera ensuite au Sénat, pour revenir à l’Assemblée nationale en procédure accélérée souhaitée par le gouvernement. En fait, depuis le début de mon mandat, je travaille sur le harcèlement en général. Il y a eu le harcèlement de rue, la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Et fin 2019, le Premier ministre, Edouard Philippe, m’a confié cette mission. Je m’y suis consacré durant plus de six mois, pour en ressortir 120 propositions.

Lire l’interview en intégralité sur le site de Ouest France.

Pour que les auteurs soient jugés, un député propose une loi qui fait du harcèlement scolaire un délit pénal

Pour que les auteurs soient jugés, un député propose une loi qui fait du harcèlement scolaire un délit pénal

Erwan Balanant déposera le 1er décembre devant l’Assemblée nationale sa proposition de loi visant à combattre le harcèlement scolaire. 700 000 élèves en France seraient concernés, ce qui représente en moyenne, 2 à 3 enfants par classe. Le député Modem du Finistère souhaite que ce harcèlement entre dans le Code Pénal, « non pas pour punir, explique-t-il, mais pour que l’on puisse dire à un harceleur, ce que tu fais, c’est interdit ! »

« Il n’y a pas si longtemps, se souvient Erwan Balanant, le harcèlement scolaire on n’en parlait pas. On disait, c’est des chamailleries entre enfants, c’est normal, ça leur forge le caractère. On minimisait les faits. »

« Et puis les faits sont devenus de plus en plus nombreux, de plus en plus violents, il a fallu réagir. L’école a commencé à agir, mais le mot harcèlement scolaire ne figurait même pas dans le code de l’Education nationale. Il n’était fait mention que d’une vague notion de harcèlement. »

En 2019, le député finistérien a fait inscrire le Droit à une scolarité sans harcèlement et sans violence dans la Loi sur « l’école de la confiance ».

Lire l’article en intégralité sur le site de France 3 Bretagne.

HARCÈLEMENT SCOLAIRE: QUE CONTIENT LA PROPOSITION DE LOI BIENTÔT ÉTUDIÉE À L’ASSEMBLÉE

HARCÈLEMENT SCOLAIRE: QUE CONTIENT LA PROPOSITION DE LOI BIENTÔT ÉTUDIÉE À L’ASSEMBLÉE

Déposé par le député MoDem Erwan Balanant, le texte prévoit notamment la création d’un délit pénal relatif au harcèlement scolaire.

Elle porte le numéro 4658 et vise à « combattre le harcèlement scolaire ». Enregistrée à la présidence de l’Assemblée Nationale le 5 novembre dernier, la proposition de loi déposée par le député MoDem Erwan Balanant, soutenue par quatre groupes politiques rattachés ou proches de la majorité, vise à prendre à bras-le-corps la problématique du harcèlement scolaire. Elle sera être étudiée au Palais Bourbon le 1er décembre prochain.

Interrogé par France 3 Bretagne, le député Erwan Balanant justifie sa démarche. « Si l’on tolère la violence à l’école, on l’ancre dans le développement des enfants et donc on l’installe dans la société des prochaines décennies ».

Lire la suite sur le site de BFMTV.

Appli 30 18, sensibilisation au numérique… De nouvelles mesures contre le harcèlement scolaire

Appli 30 18, sensibilisation au numérique… De nouvelles mesures contre le harcèlement scolaire

Dans une vidéo diffusée ce jeudi, Emmanuel Macron a dévoilé de nouvelles mesures pour lutter contre le harcèlement scolaire.

À l’occasion de la Journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, une vidéo d’Emmanuel Macron a été diffusée, ce jeudi matin, sur les réseaux sociaux. Rappelant que « depuis deux ans », le gouvernement « a agi », avec l’interdiction des téléphones portables au collège ou encore le numéro gratuit 30 18 contre le cyberharcèlement, il regrette que le phénomène « sévisse toujours, à l’école, sur les réseaux sociaux », faisant notamment référence au suicide de la jeune Dinah en octobre.

Lire la suite sur le site du Télégramme.

Journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école – Communiqué de presse

Journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école – Communiqué de presse

Journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école

A l’occasion de la Journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école, je me réjouis des annonces faites ce matin par le Président de la République. Ces mesures renforcent l’accompagnement des victimes de harcèlement, en facilitant la dénonciation de faits de harcèlement via une application mais surtout en permettant la libération de leur parole.

Les annonces mettent également l’accent sur la prévention, en amont, du harcèlement et du cyber harcèlement, via la sensibilisation au numérique dès la rentrée en 6ème ainsi que l’installation par défaut du contrôle parental sur les dispositifs électroniques utilisés par les jeunes. Ces mesures préventives sont essentielles pour protéger nos jeunes et leur donner les outils afin qu’ils puissent évoluer en toute sécurité dans l’espace numérique.

Prévenir, accompagner, protéger : c’est également les priorités de la proposition de loi visant à combattre le harcèlement scolaire que j’ai déposée et qui sera examinée dès la semaine prochaine à l’Assemblée nationale.

Ce texte de loi vise ainsi à :

–  prévenir le harcèlement en réaffirmant, dans le code de l’éducation, un droit à une scolarité sans harcèlement, afin de créer une école de l’empathie

–  accompagner via la formation sur le harcèlement scolaire de toutes les personnes en lien avec des enfants, notamment tous les personnels éducatifs (enseignants, personnes médico-sociaux)

–  protéger nos enfants dans leurs apprentissages, en inscrivant le harcèlement scolaire dans le code pénal, sur le modèle du harcèlement au travail qui protège les salariés dans leurs conditions de travail.

Souscrivez à ma lettre d'information

Rejoignez notre mailing list et recevez les dernières informations de la circonscription et de l'Assemblée nationale.

Merci pour votre inscription !