Annonces du Premier ministre sur le CESE

Annonces du Premier ministre sur le CESE

Le 14 septembre dernier, à l’occasion de la séance plénière de rentrée du nouveau Conseil économique, social et environnemental (CESE), le Premier ministre Jean Castex a saisi le CESE de trois missions sur des sujets « urgents et fondamentaux » : l’emploi, la transition écologique et la rénovation démocratique.

Le CESE devra donc rendre trois avis :

  • Le premier, d’ici la fin de l’année, sur l’identification de leviers pour lever les freins structurels à l’emploi ;
  • Le deuxième, d’ici l’été prochain, proposant des pistes pour encourager la participation des jeunes à la vie démocratique ;
  • Le troisième sur les conditions pour améliorer l’acceptabilité des politiques de transition écologique et en particulier des politiques d’infrastructures.

Le Premier ministre a souligné que ces trois enjeux fondamentaux sont intrinsèquement liés et qu’ils font écho « aux trois grands défis » identifiés par le CESE pour cette nouvelle mandature.

Je me réjouis de cette saisine qui marque l’attachement du Gouvernement à collaborer étroitement avec le CESE.

Cette coopération marque la place centrale qu’occupe le CESE dans nos institutions, notamment grâce à la loi organique de réforme du CESE adoptée l’année dernière à l’Assemblée nationale et dont j’étais rapporteur. Cette loi visait à redonner au CESE les conditions pour être l’un des piliers institutionnels de notre démocratie.

Les travaux qui seront rendus par le CESE auront un rôle essentiel à jouer pour guider l’action du Gouvernement et du Parlement sur ces défis collectifs et pour accompagner les transformations de notre société.

Action « Cœur de ville »

Action « Cœur de ville »

Le Président de la République a participé à la clôture des 4èmes rencontres nationales « Action cœur de ville », à la Cité de l’architecture et du Patrimoine de Paris, en présence de Jacqueline GOURAULT, ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales.

Près d’un quart de la population française vit aujourd’hui dans une ville moyenne. Lancé en 2018 à la demande du Président de la République, le plan national « Action cœur de ville » a été élaboré dans une démarche partenariale et en concertation avec les élus et les acteurs économiques pour répondre aux demandes des habitants des villes moyennes. Il répond à une triple ambition :
– revitaliser les centres-villes ;
– améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes ;
– et, conforter le rôle moteur de ces villes dans le développement du territoire.

Pour cela, le plan action cœur de ville a été doté de 5 milliards d’euros et vise à la revitalisation de 234 villes, en métropole et en Outre-mer. Sur ces 5 milliards d’euros, plus de 3 milliards ont déjà été engagés (les 2 milliards restants le seront dans les 15 mois à venir).

« Action cœur de ville » est le premier programme public centré sur les villes moyennes depuis 1974. Il a permis de lancer 6 000 actions en faveur du développement économique, de la mobilité, de l’accès aux services publics et de la culture. Trois ans après son lancement, les actions engagées ont rendu les centres-villes plus attractifs : 71.6% des habitants d’une agglomération « Action cœur de ville » se rendent dans leur centre-ville, contre 49,5% dans les autres communes. De plus, le programme a permis de s’attaquer à la question du logement avec la rénovation de 80 000 logements dans 200 villes (soit 85% des villes du programme) et 11 900 logements sont en voie de production (dont 61% dans le parc social). Avec le programme « Action cœur de ville », le Président a souhaité remettre les villes moyennes au cœur des politiques d’aménagement, et répondre aux aspirations nouvelles des Français. Le Président de la République a donc annoncé :

  • la pérennisation du fonds friches de 650 millions d’euros pour la réhabilitation des friches en milieu urbain ;
  • 350 millions supplémentaires issus des fonds européens pour contribuer aux projets de redynamisation des centralités (dans les communes ou s’exercent l’essentiel des services) ;
  • une méthode « action cœur de ville » qui s’étendra aux types de projets dans les quartiers, aux entrées de ville et aux zones de gares ;
  • des logements de qualité avec la prolongation du processus de défiscalisation dit « Denormandie » pour les travaux de réhabilitation des logements, au delà 2022 ;
  • la poursuite d’actions de décentralisation des services publics (création de 100 manufactures de proximité, décentralisation d’antennes sur le modèle de la DGFIP,…).

Après avoir travaillé avec Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales et l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires à la définition du programme et à sa déclinaison locale, je me réjouis particulièrement de ces nouvelles annonces qui ont déjà permis, dans notre territoire, à Quimperlé (1 300 000 €), Scaer (40 000 €), Tourc’h (700 000 €) de bénéficier des fonds de dynamisation de centres-bourgs et villes en Bretagne.

Le député Erwan Balanant en visite au groupe scolaire Joliot-Curie, à Scaër

Le député Erwan Balanant en visite au groupe scolaire Joliot-Curie, à Scaër

Le député, Erwan Balanant, a visité l’école Joliot-Curie, de Scaër, en compagnie du maire et de la directrice, jeudi 2 septembre, à l’occasion de la rentrée des classes.

Le groupe scolaire Joliot-Curie, de Scaër, a reçu la visite, jeudi 2 septembre, d’Erwan Balanant, député, en compagnie du maire, Jean-Yves Le Goff, et Hélène Le Bourhis, première adjointe (petite enfance, éducation et jeunesse). Erwan Balanant a pris connaissance des inscriptions et s’est informé sur le nombre de classes.

La suite sur le site du Télégramme.

Scaër. Le député Erwan Balanant visite les écoles

Scaër. Le député Erwan Balanant visite les écoles

L’élu parlementaire a choisi, pour la rentrée scolaire dans sa circonscription, la commune de Scaër. Il a visité les classes et autres bâtiments aux côtés des élus locaux.

Cette année, c’est la commune dont le maire est Jean-Yves Le Goff qu’a choisi Erwan Balanant, pour effectuer sa rentrée des classes. Le député a d’abord rencontré le maire Jean-Yves Le Goff, et sa première adjointe en charge des affaires scolaires et jeunesse, Hélène Le Bourhis (également vice-présidente du Pays de Quimperlé).

Lire l’article sur le site de Ouest France.

Souscrivez à ma lettre d'information

Rejoignez notre mailing list et recevez les dernières informations de la circonscription et de l'Assemblée nationale.

Merci pour votre inscription !