Le maire de Quimperlé (Finistère) Michaël Quernez, l’a annoncé en fin de semaine dernière (voir Ouest-France du samedi 31 octobre) : Quimperlé disposera, prochainement d’un centre de dépistage pour le Covid-19. Par communiqués interposés, le député Erwan Balanant et Michaël Quernez tiennent à mettre en évidence leur rôle respectif dans cette obtention. Ils s’appuient, pour cela, sur un courrier identique, daté du 3 novembre, que leur a adressé le préfet du Finistère.

À l’occasion d’entretiens successifs, et notamment à la suite de l’interpellation de Marcel Le Dain de Rédéné, j’avais saisi le préfet du Finistère de la nécessité d’installer un centre de dépistage en adéquation avec le bassin de population de Quimperlé, écrit le député.

La circulation active du virus dans notre département et l’augmentation du nombre de tests qui s’y rattache a renforcé ce besoin. C’est pourquoi le préfet a demandé à l’Agence régionale de Santé de revoir l’organisation territoriale actuelle. Il signera prochainement l’arrêté autorisant un point de prélèvement à Quimperlé pour les tests RT-PCR dans des locaux autres que des locaux de soins.

Erwan Balanant se réjouit que la ville de Quimperlé soit partenaire de cette mesure en proposant, si le besoin s’en ressent, des locaux susceptibles d’accueillir temporairement le centre de prélèvement.

Michaël Quernez réagit à son tour

À son tour, et à la suite du communiqué du député, Michaël Quernez tient à rappeler son rôle dans cette affaire. Le maire de Quimperlé a, également, reçu le même courrier que le député.

Courrier daté du 3 novembre et dans lequel le préfet, Philippe Mahé, rappelle les échanges du 3 octobre et la nécessité de pouvoir effectuer des tests sur un site localité pour répondre correctement au besoin de la population de Quimperlé et de ses environs.

Début octobre, le laboratoire d’analyses Biolor donnait des rendez-vous pour des prélèvements à Lorient. Des points de prélèvements éphémères avaient été mis en place à Clohars-Carnoët et Pont-Aven.

Si cette réponse a été, un temps, satisfaisante, la circulation active du virus génère une augmentation de la demande de tests.

Le préfet donne son accord

Toujours dans ce courrier, le préfet a donc demandé à l’Agence régionale de santé de revoir l’organisation territoriale en place pour la faire évoluer, dans le sens d’une meilleure réponse aux besoins de la population et d’une adaptation aux contraintes liées aux déplacements dans la période de confinement.

L’ARS soumettra à ma signature, dans les meilleurs délais, un arrêté préfectoral autorisant un point de prélèvement à Quimperlé, pour des tests RT-PCR, dans des locaux autres que les locaux de soins.

Par ailleurs, le préfet a bien noté que la ville de Quimperlé était prête à apporter son concours en mettant, à disposition des locaux adaptés pour héberger un centre de prélèvement temporaire et je tenais à l’en remercier.

Pour le moment, le site et la date de mise en service de ce centre ne sont pas connus. Tout comme son fonctionnement. Pour tout cela, la ville travaille avec l’ARS.

Pour relire l’intégralité de l’article, cliquez ici

Souscrivez à ma lettre d'information

Rejoignez notre mailing list et recevez les dernières informations de la circonscription et de l'Assemblée nationale.

Merci pour votre inscription !