M. Erwan Balanant alerte Mme la ministre des solidarités et de la santé sur les effets indésirables des méthodes contraceptives. Le 31 octobre 2019, l’association des victimes d’embolie pulmonaire et AVC liés à la contraception hormonale (AVEP) relayait deux cas de femmes victimes de migration de leurs implants contraceptifs dans leur système sanguin et leurs artères pulmonaires.

Ces graves accidents ne sont pas rares ou uniques : l’Agence du médicament reçoit, depuis 2016, les signalements de plus d’une trentaine de cas de migration d’implants dans l’artère pulmonaire des femmes qui ont fait le choix de cette méthode contraceptive.

Plusieurs associations féministes dénoncent à ce sujet les nombreux effets indésirables des pilules, implants et stérilets : douleurs physiques, modification de la morphologie, dépressions, accidents vasculaires cérébraux, embolies pulmonaires… la liste est longue et les souffrances des femmes sont parfois banalisées.

La contraception est un réel progrès social, mais des pistes d’amélioration des moyens contraceptifs doivent être apportées afin que les femmes n’aient plus à subir l’inconfort ou les conséquences néfastes de leurs contraceptifs.

A ce titre, Monsieur Balanant demande à Mme la ministre des solidarités et de la santé quelles améliorations pourraient être apportées pour élargir l’offre contraceptive tant pour les hommes que pour les femmes et promouvoir des méthodes alternatives limitant les effets indésirables. En ce sens, engager une mobilisation des médecins chercheurs et membres de la société civile constituerait une avancée positive.