Question écrite n° 23099 de M. Erwan Balanant

  • Publiée le 24 septembre 2019

Rubrique :professions et activités sociales

Titre :Revalorisation des métiers du service d’aide à domicile

M. Erwan Balanant alerte Mme la ministre des solidarités et de la santé sur les difficultés de recrutement que rencontrent les structures de service à la personne et d’aide à domicile. En 2016, près de 760 000 personnes âgées en perte d’autonomie bénéficiaient des prestations d’un service d’aide et d’accompagnement à domicile. D’ici à 2050, la France comptera près de cinq millions de personnes âgées de plus de 85 ans. Dans un contexte où les demandes d’accompagnement des personnes âgées sont de plus en plus nombreuses, 45 % des structures déclarent rencontrer des difficultés concernant le recrutement de personnel et ne peuvent, de ce fait, honorer leurs engagements avec les personnes dépendantes. Plusieurs associations de professionnels de l’aide à domicile (ADMR, UNA Bretagne) ont dénoncé une situation de crise : le secteur souffre d’un manque d’attractivité lié notamment à la pénibilité des conditions de travail, la faible rémunération et la précarisation des auxiliaires de vie. Les employés, payés en moyenne 9,2 euros net de l’heure, exercent généralement cette activité en temps partiel. Autre facteur dissuasif, la possession d’un véhicule, indispensable à l’exercice de la profession, alors que l’indemnité kilométrique n’est pas ou peu prise en charge. Pour pallier ces difficultés structurelles, le Gouvernement s’est engagé à mener une action de modernisation des services d’aide et d’accompagnement à domicile. Un travail a déjà été mené pour rénover le mode de financement de ces services, en déployant notamment une enveloppe de soutien de 100 millions d’euros inscrite dans le PLFSS pour les années 2019 et 2020. Au regard du défi démographique et de la réelle pénurie de professionnels de l’accompagnement à domicile, il souhaiterait connaître les mesures que le Gouvernement entend adopter pour développer les formations et améliorer la visibilité de ces métiers afin que le secteur puisse recruter en plus grand nombre.