Cet après-midi, j’ai voté contre le traité de libre échange entre l’Union Européenne et le Canada (CETA).
Le texte contient des avancées importantes, qu’il convient de saluer, notamment la mise en place du veto climatique est une progression.
Cependant, certains points auraient dû être intégrés. C’est le cas des limites planétaires, des critères sociaux ou encore de la souveraineté alimentaire des espaces géographiques. Retrouvez notre communiqué de presse, en commun avec ma collègue Sandrine LE FEUR.

Image