Mercredi après-midi, Sylvain Waserman et moi-même nous sommes rendus à la maison d’arrêt de Nanterre pour une rencontre passionnante avec 11 détenus. Cette visite était organisée en partenariat avec l’association les 100 murs, qui intervient en milieux carcéral ouvert ou fermé. Cette association agit auprès des détenus, lors d’ateliers afin de prévenir la récidive et de la radicalisation.

Après une brève visite des locaux, la Directrice du centre pénitentiaire nous reçoit pour un entretien d’accueil.

Par la suite, c’est dans la salle polyvalente de la maison d’arrêt que nous rejoignons les détenus, les poignées de main sont souriantes et pleines de reconnaissance. Nous sommes face à des personnes condamnées, ou prévenus, et chacun nous remercie d’être présent et de leur accorder du temps.

La discussion est amorcée par Karim, membre de l’association les 100murs. Le débat commence, les détenus ont beaucoup de questions à poser, elles portent sur des sujets divers et variés.

L’un d’entre eux, est autoentrepreneur à l’extérieur de la prison, il fait part des problématiques que rencontrent les entrepreneurs pour payer leur charges sociales et fiscales. La question s’oriente peu à peu vers la situation fiscale des GAFAM, il s’insurge à ce propos du fait que les géants du numérique paient peu voire pas d’impôts en France. Sylvain et moi-même lui répondons que le ministre de l’Économie est justement en train d’étudier le sujet, en partenariat avec d’autres députés et surtout avec d’autres États européens.

Un autre détenu, nous interroge sur le projet de loi, il s’intéresse aux mesures discutées lors de l’examen du texte, notamment celle concernant les longues peines.

Concernant le manque de personnel pénitentiaire, tous sont unanimes, il y a un une carence à ce niveau. Tous reconnaissent que le travail des personnels de l’administration pénitentiaire est difficile, ils se tournent vers la surveillante qui acquiesce et semble touchée par cet élan de compréhension.

Le ton est bienveillant lorsque nous évoquons ces sujets.
Nous leur répondons que malheureusement les Gouvernements précédents n’ont pas  investi d’argent dans les prisons, nous avons 40 années de laisser aller à rattraper.

Pour ce faire, le Gouvernement d’Édouard Philippe a proposé dans le projet de loi justice porté par la garde des Sceaux, d’augmenter le budget alloué à la justice de 23,5 % en 4 ans, il s’agit de l’augmentation budgétaire la plus importante pour 2019.

Puis, viennent évidemment les questions sur l’environnement carcéral. Nous parlons notamment de la surpopulation dans les prisons françaises, l’un des participants nous confie avoir partagé une cellule de 9m2 avec deux autres détenus, et d’avoir eu pour seul lit un matelas au sol pendant 4 mois.

La vie de nos institutions républicaines a également été au cœur de nos échanges. Il nous a été demandé d’expliquer plus en détail le rôle des députés, notamment comment s’effectue le travail à Paris et en circonscription ou encore le fonctionnement du bureau de l’Assemblée nationale.

La visite se termine, elle aura donné lieu à des prises de paroles et échanges intéressants. Tous nous remercient de nous être déplacés, de les avoir écoutés.

Pour en savoir plus sur l’association les 100 murs, c’est ici : http://www.100murs.org/